La France est elle un pays de bilingues?

Un basque eux deux languesMais au fait, le bilinguisme est-il répandu en France?

De nos jours, plus de 50 % des habitants de la planète sont bilingues, et ce pourcentage devrait encore augmenter du fait d’une plus grande mobilité planétaire. Il en va de même à l’échelle du Vieux Continent, l’Europe, avec un habitant sur deux parlant une autre langue,

Certaines personnes sont bilingues en raison des caractéristiques de leur famille, d’autres en raison d’une migration ou du fait qu’ils résident une zone frontalière ou un pays pratiquant plusieurs langues.

L’évolution des mentalités en France

Il y a 50 ans, le message des acteurs sociaux et des enseignants était que parler une autre langue au sein de l’environnement familiale était nuisible pour les enfants. Aujourd’hui, les linguistes ont démontré, au contraire, tous les bienfaits sur le développement intellectuel des enfants.

Nous avons donc dépassé ces croyances, mais pas complètement.

Et les Français, eux, sont-ils monolingues ou polyglottes ?

Contrairement aux idées reçues, la France est un pays très riche en diversité de langues parlées, et compte pas moins de 400 langues différentes pratiquées sur tout le territoire.

Et pour cause, même si la mondialisation pousse à l’apprentissage de l’anglais, la France hérite d’un lourd passé de langues régionales, dont certaines résistent encore. Il y va de même en ce qui concerne le passé colonial de notre pays, qui est aujourd’hui le résultat d’une riche diversité de notre population dès suite de l’immigration et donc des langues que nous pouvons y entendre.

Quid des langues de l’immigration ?

Malheureusement comme en fait le constat Alexandra Fillhon, maître de conférences en sociologie à l’université de Rennes, «La tradition d’intégration à la française, qui s’adresse aux parents migrants, voire aussi à leurs enfants socialisés en France, les invite à renoncer à leurs langues d’origine». Elle écrit aussi «Plurilinguisme et hiérarchie sociale entre les langues en France».

Effectivement, toutes les langues ne reçoivent pas le même statut, puisque certaine sont d’avantages valorisées socialement, comme l’anglais, l’espagnol, l’allemand ou l’italien, pendant que d’autres subissent une forte décote ; c’est le cas de l’arabe ou des langues africaines, en raison du stigmatisme des populations migrantes moins intégrées socialement et moins diplômées.

Ceci a pour conséquence que les adultes, ou parents, originaires de ces régions, adoptent un comportement différent avec leur langue des suites de ces préjugés.

Quid des langues régionales ?

Encore largement utilisées outre-mer, les langues régionales sont en revanche globalement en déclin en France métropolitaine, notamment en raison du faible taux de transmission familiale, mais résistent grâce aux réseaux d’enseignement bilingue, à leur dimension culturelle et aux médias.

Il y a 50 ans encore, beaucoup d’enfants n’étaient élevés au sein de leur famille qu’avec une seule langue, la langue régionale. Ceci avait pour conséquence que certains d’entre eux, à leur entrée à l’école, ne parlaient pas le français.

L’alsacien reste par exemple une langue dynamique, puisqu’un tiers des alsaciens (1 800 000 habitants) la parlent encore, alors que seulement 200 000 personnes pratiquent le breton sur une population de 4,5 millions d’habitants. Cet écart s’explique sans aucun doute par le fait que l’Alsace comprend un réseau d’écoles bilingues privées (une dizaine) et plusieurs centaines d’écoles bilingues publiques paritaires et que la langue alsacienne est très proche de l’allemand, ce qui représente certainement un atout pour les alsaciens pour travailler outre Rhin.

Ma conclusion :

Je vous encourage à transmettre votre langue, quelle qu’elle soit, peu ou très utilisée, bien ou mal perçue. Cette langue représente votre identité, celle de votre famille et votre histoire, et elle ne peut qu’être bénéfique pour le développement, l’enrichissement culturel et l’ouverture d’esprit de votre enfant.

Catégories : Les petits bilingues

Laisser un commentaire